Typique

Notre but est de faire entrer le client dans la vie quotidienne et y participer. Puisque le voyage est l’art de la rencontre comme on dit, nous vous proposons de passer une semaine avec nous où vous pouvez échanger une idée, un point de vie, mener une discussion religieuse par exemple avec les gens du lieu ; à la fin échanger une culture. Notre but est de vous faire sortir de la « prison » des hôtels et la rencontre –la plupart du temps- non souhaitée d’autres touristes et vous proposer un séjour dans une maison ou une villa comme les personnes de Djerba avec une cuisine meilleure. Notre but est de vous transformer en vrai nomades pour vivre l’expérience unique du désert pour deux nuits et se dépayser totalement et oublier complètement le stress….
 Enfin, notre but est de  réussir les quatre étapes suivantes:

la première étape consiste à visiter les endroits les plus beaux et les moins visités par les touristes; le nombre réduit de participants permettra d’explorer au mieux les sites visités. Aller dans des lieux « classiques » où des centaines de touristes se retrouvent ne fait pas partie des priorités de notre excursion. Notre expérience montre que beaucoup de voyageurs trouvent qu’il est dommage de n’aller qu’à des endroits où l’expression « c’est trop touristique » est courante.   C’est pourquoi  on a choisit un hébergement dans une maison et non pas  à l’hôtel. Ceci permettra de fuir la foule.

Par contre, il est prévu dans le programme une journée libre qui permettra soit de revoir des sites déjà vus ou de voir de nouveaux sites « plus touristiques »

 

  La deuxième étape consiste à s’imprégner totalement de la vie locale, à essayer de s’intégrer au maximum dans la vie quotidienne des habitants du pays et  à chercher l’aspect typique dans tout ce qu’on va faire. Finalement, vivre au même rythme que les autochtones. Ainsi, la participation volontaire des membres du groupe est souhaitée dans toutes les activités. Par exemple participer aux palabres, chants et danses autour du feu de camp, participer aux préparatifs des repas etc.…

 

La troisième étape consiste à se laisser le temps de la découverte….Visiter les sites sans être pressés par le temps… Généralement les arrêts sont très brefs et ne laissent pas suffisamment de temps pour s’imprégner de la magie du lieu. Mais ce n’est pas le cas avec nous car on découvre les lieux de très près et on fait la visite tranquillement parce que ce n’est pas  « voir un maximum de choses en un minimum de temps » qui nous intéresse, mais découvrir de près la vie quotidienne des habitants du lieu. Il ne s’agit pas, par exemple, d’entrer dans une maison troglodytique, faire une photo de l’intérieur et sortir après un bref moment, mais il s’agira de la visiter de très près, d’y séjourner une nuit et de se transformer en vrai « Amazigh » (berbère de Matmata).  Il ne s’agira pas non plus d’habiter dans une tente climatisée ou dans un campement entouré par la civilisation et dire : « je suis allé dans le désert », mais avancer dans le Sahara, marcher sur les dunes, découvrir l’erg : Un erg (de l'arabe عِرْق `irq) désigne un désert de dunes, plus précisément des champs de dunes fixes dont seul le sable superficiel est remodelé sans cesse par le vent. Si le mot erg a été adopté dans le langage géographique international, d'autres termes sont utilisés : dans le Sahara, les Touaregs emploient le mot edeyen, les Libyens parlent de ramla, en Arabie et en Asie centrale, les populations locales les désignent respectivement sous les vocables de nefoud et de koum.
Les ergs occupent environ 20% de la surface du Sahara. Certains ont commencé à se former au cours de pléistocène. La plupart se forment dans des cuvettes par accumulation des débris transportés par les oueds. Ils sont relativement stables. Seuls les sommets des dunes se modifient sous l'action des vents. En cas de pluie, ils peuvent accumuler des réserves d'eau et former des zones de pâturages. On peut citer le grand erg occidental, le grand erg oriental, l'erg Iguidi ou l'erg Chech qui occupent des surfaces considérables en Algérie et l'erg du Ténéré au Niger.), avec son charme caché derrière les étoiles et monter la tente tout seul…
Enfin, il ne s’agira pas de monter dans de grands bateaux de « pirates » pour faire des balades en mer et se retrouver « entassés » sur une île avec au moins 400 personnes, mais il s’agira d’aller faire une balade en mer et de faire étape sur une petite île moins fréquentée mais tout aussi typique et charmante.
  Par ailleurs, le poisson ayant une place dominante dans la cuisine locale, il est prévu d’organiser une grillade de poisson et prenant soin de tout organiser par soi même ; là encore pour s’imprégner de la vie locale des habitants ; à savoir : aller faire les courses ; en particuliers acheter les poissons et préparer le nécessaire à la grillade.

La quatrième étape consiste à offrir une gastronomie nationale et surtout locale et découvrir les spécificités culinaires du pays. Cela n’empêche pas les propositions des membres du groupe pour essayer d’autres spécialités culinaires…Nous sommes ouverts à toutes les propositions.


© DjerbaTypique - Tous droits réservés